Utiliser le tampon adapté est essentiel

Chaque éleveur connaît les effets du stress thermique sur les vaches laitières. Les vaches laitières ont des difficultés avec les températures estivales (à partir de 20 C) et l’absorption d’aliments qui n’est pas à niveau directement affecte la production de lait. Le problème de santé le plus connu et le plus fréquent, directement lié au stress thermique, est celui de l’acidose ruminale, ou acidification du rumen. En période de stress thermique, il est donc très important de fournir un tampon au rumen afin de contrer ce stress.

Comment se traduit l’acidification du rumen ?

L’acidose du rumen se produit lorsqu’une quantité d’acide supérieure à celle pouvant être absorbée s’accumule dans le rumen. Cela impacte de façon évidente les performances des animaux d’élevages, desquels nous attendons des performances optimales. Pour atteindre ces performances élevées, nous leur fournissons une ration avec un niveau d’énergie élevé qui accru le risque d’acidose dans le rumen. Les vaches produisent du bicarbonate de manière naturelle et maintiennent ainsi l’acidité (pH) du rumen, par le biais de la salive, aussi stable que possible pendant la journée. L’acidité optimale se situe entre un pH de 6 à 7. Un pH inférieur à 5,5 sur une longue période peut être très nocif. Dans ce cas, on parle d’acidose du rumen.

Que se passe-t-il pendant une période de stress thermique ?

Les vaches sont très sensibles à l’acidose provoquée par le stress thermique. Une vache très productive ressent des températures de 20 °C comme déjà très chaudes et ces températures peuvent, certainement en cas d’une humidité élevée, causer un stress thermique. Une grande quantité de chaleur se dégage lors de la digestion des aliments (fourrage). Pour éviter la surchauffe pendant une période chaude, une vache réduira son apport en fibres. Souvent, la consommation de concentré reste au même niveau lorsqu’elle est proposée séparément. La réduction d’apport de fourrage et l’augmentation de la respiration (halètement) pendant le stress thermique font que le bétail rumine moins. Une rumination réduite entraîne une diminution de la production de salive et donc la réduction directe du bicarbonate qui fait office de tampon.

L’acidification du rumen entraîne une réduction du fonctionnement du rumen et de la fermentation dans le rumen. Ceci a des conséquences négatives directes sur la production de lait et la teneur en graisses.

Cependant, de nombreux problèmes ne se posent qu’après la période de stress thermique. À plus long terme, on pourrait constater des conséquences sur la fertilité et la santé des sabots, par exemple.

Comment choisir le bon tampon pour soutenir la vache lors d’un stress thermique ?

Il est essentiel de maintenir le pH ruminal pendant les périodes de stress thermique. Un tampon dans le rumen permet de maintenir le pH idéal du rumen (entre 6 et 7) en cas d’acidification de celui-ci. Un tampon est un régulateur d’acidité qui est capable de réguler le pH. Pour mesurer la qualité d’un tampon, on peut examiner la capacité du tampon. La capacité tampon d’un produit indique dans quelle mesure ce produit peut maintenir l’acidité dans le rumen au-dessus d’un pH de 5,5.

Le bicarbonate dans la salive est le tampon propre aux vaches en bonne santé qui ruminent. Pour déterminer si le bicarbonate est également la meilleure option pour une vache, différents produits ont été comparés sur la base de leur capacité tampon.

Étude

La recherche sur divers produits disponibles sur le marché a montré à quel point ces produits sont appropriés pour empêcher l’acidification du rumen. Les produits suivants ont été étudiés :

  • Bicar®Z (bicarbonate de sodium pur)
  • Calcaire grossier
  • Carbonate de calcium fin (sources diverses)
  • Algue calcaire (différentes sources)

Pour tester la qualité de ces différents produits, ceux-ci ont été mis en solution. Ensuite, on y ajoute progressivement de plus en plus d’acide (HCl N).

Lorsqu’un produit est un véritable tampon, un graphique typique apparait, le pH étant maintenu constant jusqu’à un certain point. Bicar®Z était le seul produit présentant ce graphique typique et constitue le seul véritable tampon dans cette étude ! Ceci est illustré en figure 1.

En outre, lorsqu’une forte chute du pH est enregistrée suite à l’ajout d’une faible quantité d’acide, il n’y a pas d’effet tampon. Dans ce cas,   le produit testé ne parvient pas à maintenir le pH dans le rumen. Les résultats de tous les autres produits sont visibles en figure 2. La figure 2 montre que, pour les différents produits, à l’exception de Bicar®Z, il suffisait de très peu d’acide pour voir le pH chuter à 5,5 ou moins, limite inférieure et critique pour l’acidification du rumen. Ceci se voit également dans le tableau 1. Ce tableau montre combien de mL d’acide étaient réellement nécessaires pour abaisser le pH à une valeur de 6. Il montre également combien de pourcentage d’acide était nécessaire par rapport au Bicar®Z pour obtenir un pH à 6.

On peut constater que pour tous les produits, très peu d’acide est nécessaire pour abaisser le pH. À l’exception de Bicar®Z !

Tableau 1 : Capacité tampon des différents produits


 

 

Que se passe-t-il lorsque Bicar®Z est utilisé pendant la période de stress thermique ?

Des années de recherche ont montré que Bicar®Z peut prévenir l’acidification du rumen. De plus, Bicar®Z aide la vache à supporter la période de stress thermique, ce qui se traduit par une production de lait stable, voire supérieure. Un minimum de 250 g de bicarbonate de sodium Bicar®Z/vache/jour est un moyen efficace pour aider les animaux à supporter la période de stress thermique.

Tableau 2 : Résultats de 10 tests durant lesquels au moins 250 g de Bicar®Z ont été fournis par vache et par jour.

250 g/vache/jour